Aménager un petit potager avec une mini serre.

Dans mon jardin, je possède un tout petit potager en face d’un petit carré de pelouse fort bien inutile.

Derrière le pommier palissade j’ai un composteur dans le fond et j’envisage par la suite de créer un grand cabanon de jardin avec une serre sur un côté. En attendant l’aménagement du cabanon, cette année, j’ai envie d’un potager productif. Etant dans le nord de la France, qui dit productif, veut dire serre pour conserver de la chaleur.

Le petit coin potager ne ressemble pas à grand chose, donc réaménageons cet espace.

1. Pré requis

Dans cette aventure, on ne manque pas de mettre en oeuvre des pratiques de différents corps de métiers : il y a du terrassement, de la préparation de terre, de la plomberie (irrigation), de la menuiserie, et quelques jours de travail. Il va s’en dire qu’il faut se sentir bricoleur dans l’âme mais rassurez vous, il n’y a rien de compliqué. Il faut prendre son temps et bien réfléchir aux différentes étapes et à ses souhaits (vous avez de la chance, je l’ai déjà fait et je vous présente ma réalisation, cela vous donnera surement  des idées).

Qui dit bricolage, dit outils. Je ne vous cache pas que pour cette mise en oeuvre, il faut être outillé, et je dirais que cela va plus loin que l’outillage du bricoleur du dimanche. Néanmoins pour certaines étapes, qui ont nécessité certains outils, il y a souvent moyen de faire autrement.

2. Objectif

Aménager l’espace de mon bout de terrain en vrai potager. Il faut prévoir les espaces de circulation, les différents usages des espaces, l’irrigation et une mini serre pour les légumes aimant la chaleur (type poivron, aubergine).

Evidemment, il me faut prendre en compte l’aménagement existant, d’un côté, j’ai une haie champêtre plutôt exposé à l’est, un pommier palissade au nord et une belle vigne au sud. La partie situé entre ces trois éléments et donc relativement ombragé. Contre la haie, j’ai déjà un bac en bois possédant trois parties, ainsi que trois espaces :  sous le pommier, sous la vigne et entre deux. Entre ces espaces, j’ai déjà des petites allées de 25 cm de large. L’avantage, c’est que je peux tout à fait enjamber l’espace du milieu, ce qui est bien pratique. Je vais donc conserver ces espaces mais mieux les délimiter afin que la terre ne vienne pas recouvrir l’allé comme c’est le cas actuellement.

Pour le reste, j’ai de la pelouse, exposé une grande partie de la journée au soleil de 10h (période estivale) au coucher du soleil pour être précis. Cet espace faisant environ 1m70 de large. Je vais donc faire deux allées de chaque côté de la mini serre, qui elle fera environ 1 mètre de large sur 3 mètres de longueur.

Pour cette mini serre, je souhaite faire en sorte de pouvoir la fermer mais aussi l’ouvrir. Il me faut pouvoir accéder à mes différents plants. De plus, les parois seront amovibles afin que je puisse la démonter l’hivers au besoin. Pour les ouvertures, j’ai opté pour une toiture amovible pouvant s’ouvrir sur quatre pans. Sur l’allée centrale, j’ai également prévu que les panneaux s’ouvrent en deux parties afin d’accéder plus facilement à l’intérieur. Enfin, pour les parois, je vais opter pour un film plastique troué que l’on trouve en jardinerie. Il faut donc que je puisse le changer.

En ce qui concerne l’irrigation, les trois bacs ainsi que la mini serre seront irrigué soit par goutte à goutte ou par petit jet d’eau (système gardena). Les allées seront pavées.

Voilà qui promet bien du travail, en route pour la réalisation.

3. Matériel utilisé

Evidemment, tout ceci nécessite de l’investissement pécuniaire environ 450 euros pour ce projet (hors petites fournitures que j’avais déjà), mais aussi de l’outillage. Je vais essayer de donner la liste !

Electro portatif :

  • différentes scies (au minimum à onglet pour les coupes perpendiculaires et circulaire plongeante pour les longueurs)
  • Une ponceuse
  • Une visseuse, dé visseuse.
  • Une défonceuse (Il est possible de s’en passer en faisant différemment dans les plans)
  • Une perceuse à colonne (ça peut être la visseuse)
  • Un compresseur, une agrafeuse pneumatique et une cloueuse pneumatique (peut être remplacé par une agrafeuse et un marteau).

Outils de mesure et traçage :

  • Un mètre
  • Une équerre
  • Un trusquin (On peut s’en passer en reportant les mesures et en traçant)
  • Une règle
  • un pointeau
  • Un crayon
  • Corde

Outils à main :

  • Une scie à tenon
  • des ciseaux à bois
  • Une masse
  • Un marteau

Divers :

  • Mini guide de perçage oblique.
  • Un bout de métal (pour taper dessus et enfoncer les supports)
  • Des pièces de bois en martyr.
  • Piquets en métal (pour tracer les espaces avec la corde).

La matière première :

  • Supports à enfoncer (chez LM)
  • Poteaux en bois (chez LM)
  • lame bois à emboîter (chez LM)
  • lambourde 1er prix (chez LM)
  • lambourde plus épaisse, pour réaliser les fermes de la mini serre (chez LM)
  • pavé beton gris (chez LM)
  • Sac de sable (chez LM)
  • film sous pavé (en option pour éviter les herbes sous les pavés)
  • Vis pour bois tête fraisée  5X50 filetée sur 30 emboût Torx T25 en inox A4.
  • VIS POUR BOIS AGGLOMERE TETE FRAISEE POZI 3X20 INOX A4
  • VIS POUR BOIS AGGLOMERE TETE FRAISEE 5X90 FILETEE SUR 60 TORX T25 INOX A4
  • ECROU FRAPPER M8X16 DK19 ACIER ZING BLANC A PRESSION
  • Charnières en inox
  • Colle à bois.
  • film potager respirant
  • Système d’irrigation Gardena, j’ai opté pour un panel entre tuyau, goutte à goutte et buses d’arrosage (environ 60 euros).
  • 4 sacs de terreau bio, 2 sac de tourbe blonde et un sac de fumier de cheval.
  • Huile de lin et essence de Térébenthine.

Pour la visserie, je l’ai obtenu sur le site vis express. et le film dans ma jardinerie préférée.

A oui j’oubliais, il manque l’essentiel, on va avoir besoin d’une bonne dose d’huile de coude ;).

4. La réalisation

a. Le terrassement

Ce n’est vraiment pas la tâche la plus amusante, c’est physique, il faut déplacer beaucoup de terre pour finir par la remettre ou elle était, c’est donc aussi ingrat mais néanmoins nécessaire.

Pour commencer, je retire les installations présentes (bordures en beton, …). Il est important de positionner un piquer métallique pour repérer les limites d’espaces. Entre les piquets, je tire des longueurs de cordes.

J’avais déjà fait un essai pour l’allé et notamment pour savoir si la largeur serait suffisante. Les pavés font 12,5cm au carré, trois pavés de largeur, c’est suffisant.

En même temps que retire de la terre (particulièrement compact, aie !), j’en profite pour retirer les cailloux et craies (mon sol est plutôt crayeux en dessous). Je les positionnerai sous les allées avec le lit de sable.

Pour ce qui est de la terre, je vais également l’enrichir avec de la tourbe blonde, du terreau bio, et du compost de mon composteur bien évidemment. J’aurais ainsi, une terre riche, plus meuble et sans cailloux.

b. La délimitation des espaces

 

J’ai ensuite planté les supports. Ouch, c’est qu’il faut user de la masse et pas qu’un peu. Ce n’est pas évident car le support a vite fait de se décaler de la position d’origine souhaité. Il arrive parfois qu’il vrille quelques peu. Dès qu’on observe un décalage, il faut réagir et redresser, voir parfois retirer le support pour recommencer. Néanmoins, une fois positionné, cela va vite, j’avais déjà prédécoupé mes poteaux à la hauteur voulu environ 40 cm. Je positionne donc des poteaux dans les supports, je mesure la distance et je découpe directement les lames de bois à la bonne longueur. Quelques vis inox plus tard, l’espace est délimité. Sur les trois bac présent le long de la haie, je ne met que 2 lames en hauteur, c’est largement suffisant.

L’intérieur de chaque bac est recouvert d’un film protecteur sur le bois (jusqu’au niveau de terre fini). Sous les allées, j’en ai profité pour faire passer un tuyau d’irrigation.

Sous chaque petite allée, je remet les cailloux retrouvé dans la terre avec du sable, le tout sur un film posé sur le sol. Cette couche uniforme, compact et lissé vient accueillir les pavés.

Le chantier avance, c’est le bazar et l’espace vient à manquer, notamment pour travailler la terre des différents espaces.

Ici, les espaces avec la terre travaillé. J’ai donc commencé par ameublir la terre jusque 30 à 40 cm (Au dessous c’est de la craie). J’ai retiré les cailloux, j’ai mélangé de la tourbe blonde et du terreau à la terre existante.

Ensuite, j’ai remis en surface du compost tamisé. Et pour finir, j’ai remis un peu de fumier de cheval au pied des plans. Avec ça, si j’ai pas des beaux légumes !

 

c. L’espace de la mini serre

Pour le bac accueillant la mini serre, je met des poteaux bien plus grand environ 110 cm. le tout bien droit même si au sol cela descend légèrement. Malheureusement, le plantage des supports n’est pas parfait et les côtes de la mini serre ne seront pas standard, je ferrais donc chaque cadre sur mesure.

Le bac de la mini serre prend forme, le film noir est agrafé.

Pour la préparation de la terre, j’ai pu procéder ici en partant d’un côté et progressivement avancer jusqu’à l’autre côté du bac, ce fut long, la terre était bien compact.

Puis vient l’étape de la plantation, je construirais la mini serre autour de la structure de base (Il me fallait planter mes tomates, aubergines, concombres et poivrons avant la fin de la réalisation). Ca commence à prendre réellement forme.

d. La construction de la mini serre

Le bac de la mini serre est constitué de 6 poteaux : 4 espaces sur les longueurs (2 à 2) et deux latéraux. Côté droit, je vais faire des rectangles rabattable sur moitié. La toiture sera classiquement sur deux pans à 45°.

1. Réalisation de la charpente de toiture

J’ai ici utilisé de grande lambourde mais de qualité supérieure. Pour les deux fermettes aux extrémités, j’ai défoncé un côté d’environ l’épaisseur des pans rectangulaires qui viendrons contre. Pour la fermette au centre, les deux côtés.

De chaque côté de la fermette (aux extrémités), j’ai percé verticalement un trou de 8 puis fraisé un trou de 12 sur la partie supérieur. Chaque poteau de la mini serre a été percé dans son centre et un écrou à frappé a été positionné.

Ainsi, je peux visser mes fermettes sur les poteaux et éventuellement les retirer pour l’hivers.

Chaque partie de la fermette est vissé et collé avec de la colle à bois. Voilà qui assurera une structure solide.

2. Réalisation des cadres

Donc en tout, j’allais avoir à combler les 6 pans du pourtour de la serre et les 4 pans de la toiture. 2 des 6 pans sont constitué de deux cadres afin d’être rabattable comme nous le verrons par la suite.

Il fallait donc réaliser en tout 12 cadres en bois. Sur les 4 faces des cadres, je vais défoncer la partie centrale sur 2 cm de large et 1 cm de profondeur. Dans cette rigole, je vais mettre des petites baguettes qui viendrons bloquer le film plastique.

 

 

Assemblage des différentes parties pour constituer les cadres :

sur cet exemple, j’ai utilisé des tourillons en bois mais par la suite, j’ai vissé en utilisant un mini guide de perçage oblique.

Après cette longue étape, j’ai pu procéder à l’assemblage : Ça a été d’autant plus long que chaque cadre a été fait sur mesure.

3. Assemblage de la charpente

J’ai donc vissé les 3 fermettes

 

Puis je les aient reliées entre elles.

 

4. Positionnement des cadres

J’ai cloué sur chaque cadre des baguettes verticalement et horizontalement en bas pour venir accueillir les cadres.

On les aperçois ici de chaque côté. Après l’assemblage, j’ai passé l’ensemble de la structure et des différents pans au pinceau avec un mélange à 50/50 d’huile de lin et d’essence de térébenthine. Le but étant de prolonger l’espérance de vie de la mini serre. Je referais cela dans 1 an puis ensuite de façon espacé.

Après séchage, j’ai assemblé les panneaux avec le film percé. C’est assez simple et les baguettes permettent de fixer et tendre le film.

Et voilà le résultat d’un cadre positionné. Dans la partie basse, j’ai ensuite bouché le petit espace avec une baquette (Cela tombe bien, mais la rainure des lames de bois permet facilement de rajouter une baguette).

Voici un des cadres latéraux qui peut s’ouvrir partiellement.

 

5. L’arrosage automatique.

J’ai acheté des gouttes à gouttes gardena que je positionne juste à la base de mes plantes. J’ai ensuite paillé avec du gazon que j’avais préalablement laissé sécher. Comme j’ai une cuve de récupération des eaux de pluies (3000 litres), ainsi qu’une pompe, je peux facilement programmer un arrosage tout les deux jours vers 4h du matin. Le moment idéal.

 

5. Résultat

Par la suite, j’ai fermé les ouvertures des fermettes et fixé des anneaux pour tirer des cordes de part en part. Cela sert de support pour les tuteurs et les plantes.

6. Conclusion

Et bien ce fut une belle et longue réalisation. Avec du recul, j’aurais préféré des supports à fixer au sol quitte à mettre quelques plots de béton. j’aurais eu des poteaux parfaitement alignés et donc des côtes un peu plus standard. Néanmoins, elle n’est pas parfaite et ce côté artisanale et sur mesure lui donne du cachet.  Pour le moment cela pousse plutôt bien, les tomates sont présentent à profusion, les concombres, les aubergines et les poivrons sont également au rendez vous.

Je dois encore améliorer le système d’ouverture des pans. Pour le moment, on ne peut pas faire plus artisanale avec simplement un bout de bois.

Par la suite, je rajouterai un capteur d’humidité pour asservir l’arrosage. Peut être même un capteur de température et asservir l’ouverture des pans.

Un peu de domotique sera un bon complément aux connaissances mises en oeuvre ici.

2 thoughts on “Aménager un petit potager avec une mini serre.

  1. En étant bien organisé, une petite serre comme celle-ci peut produire pas mal de légumes finalement !

  2. Oui en effet, l’an dernier, j’ai eu courgettes, concombres, poivrons et tomates en quantités.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.