Création d’une étagère métal – bois

M’étant mis depuis 1 an environ à la soudure et aimant travailler le bois, je me suis dit qu’il était temps de se lancer dans une réalisation complète permettant de mettre en oeuvre le savoir faire acquis mêlant soudure, traitement du métal et du bois.

 

1. L’idée

Il se trouve que j’ai un espace dans ma salle à côté de l’entrée de la cuisine inexploité, pourquoi ne pas y réaliser une étagère permettant d’y entreposer des éléments de décos, cuisine, …

Les dimensions; Hauteur : hauteur sous plafond 2400 mm, largeur : 840 mm, profondeur : 170 mm. Il faut proposer des étagères relativement nombreuses permettant de mettre en valeur le bois.

Etant donnée les dimensions relativement restreintes, l’ossature métallique devra être plutôt fine. Je préfère le bois brute et clair, il faudra donc que le métal contraste, une finition graphité puis vernis semble donc approprié.

Plutôt que de partir from stratch dans la réalisation, je souhaite cette fois organiser ma réalisation avec différentes étapes; modéliser ma réalisation afin de me rendre compte du résultat final, valider le concept (avec Madame), établir la liste des fournitures et enfin se lancer dans la réalisation.

2. Le plan

J’ai longtemps, longtemps, cherché un soft de modélisation 3D, pas trop compliqué (Pas envie de passer des mois à maîtriser la bête) et permettant d’avoir des côtes précises, des calages d’objets les uns par rapport aux autre.

J’ai trouvé mon bonheur avec tinkercad, petit éditeur 3D online, pratique, facile à s’approprier et permettant de réaliser ce genre de chose. Je dirais que l’essayer, c’est l’adopter. Il n’est qu’en version béta mais je le trouve particulièrement prometteur.

Pour ce plan, je me suis basé sur la taille de mes tubes métallique de 2m de haut. Ensuite pour les étagères, j’en voulais de différentes tailles et afin d’avoir une représentation visuellement harmonieuse et pratique, j’ai mis les étagères les plus grandes en bas et les plus petites en haut. Pour le côté esthétique, j’ai utilisé le nombre d’or pour la proportion de la taille des espaces entres les étagères.

L’ossature principale métallique est un pavé avec du tube métallique carré de 20 x 20 mm. Afin de laisser le bois apparent, les étagères intermédiaires seront maintenus exclusivement sur les côtés par des cornières. Le résultat d’après plan 3D permet de se rendre bien compte du rendu final, c’est appréciable à bien des égares : Le dimensionnement, les détails (comme les petites patines percés pour fixer l’étagère au mur afin d’éviter qu’elle bascule étant donnée sa faible profondeur). Le plan me plait bien, c’est parti pour la réalisation.

Vous pouvez retrouver le plan de l’étagère ici : Plan.

3. La réalisation

Pour cette réalisation, nous allons utiliser différentes techniques de traitement du métal et du bois. Cela va me permettre d’utiliser différents outils dont certains viennent d’être fraîchement acquis : Une scie circulaire plongeante et une ponceuse.

1. Point de détail du projet

L’étagère étant étroite et relativement haute, il est important qu’elle puisse être fixé. Les quatre pieds comporterons des trous de fixation (patines) ainsi que les deux angles haut de l’étagère. En ce qui concerne les étagères en bois à proprement parlé, elles seront très apparentes et en bois brut. Afin de renforcer l’aspects visuel brut de l’ensemble, le bois sera brossé afin de retirer le bois tendre et de faire ressortir le veinage.

2. Outils et matériaux

Les matériaux :

  • Des planches en chêne de 18 mm d’épaisseur.
  • 4 barres d’acier de 20 x 20 x 2000 mm en 2 mm d’épaisseur (Pour les montant verticaux).
  • 2 barres d’acier de 20 x 20 x 2000 mm en 2 mm d’épaisseur ainsi qu’une de 1000mm (pour les 4 longueurs et profondeurs des étagères du bas et du haut).
  • 1 cornière d’acier de  20 x 20 x 2000 mm en 2 mm d’épaisseur (pour les étagères intermédiaires).
  • 1 barre d’acier de 40 x 1000 mm en 8 mm d’épaisseur (Pour les patines).
  • 8 clous de 25 mm (Cloueuse pneumatique).
  • 1 bombe de vernis polyuréthane mat.
  • Cire crème de graphite ferronnerie-fonte LIBERON.
  • 1 disque de découpe du métal.
  • 1 disque pour poncer le métal.
  • De l’acétone pour nettoyer l’acier avant traitement final.
  • De l’huile de coupe.
  • 1 brosse laiton pour brosser le bois.
  • ruban de masquage.

Je pense ne rien avoir oublié. Il faut évidemment le nécessaire pour la soudure. Personnellement je soude en MAG.

Les outils :

Là, il faut être pas mal outillé pour l’ensemble de la réalisation

  • Disqueuse.
  • Ponceuse stationnaire.
  • Perceuse à colonne.
  • Poste à souder MIG/MAG.
  • Scie circulaire plongeante.
  • Ponceuse orbitale.
  • Scie sauteuse.
  • Cloueuse pneumatique avec le compresseur.
  • Équerres.
  • Serres joins.
  • aimants.
  • forets.
  • Pointaux.
  • mètre.
  • feutre et crayon fin.
  • Gants, lunettes, bouchons, masque.

3. Les étapes de la réalisation

Personnellement, je préfère procéder par étapes qui regroupe différentes activités :  La découpe des parties métallique, les soudures, la découpe du bois, le traitement du bois, l’assemblage, … Ces étapes sont choisies en fonction de différents critères : L’utilisation des outils ou encore inhérente à la possibilité de traitement ou non selon l’avancement du projet. En effet et pour exemple, il n’est pas possible de vernir le métal sans avoir posé les étagères en bois (Celle ci étant calé de façon ajusté, repositionner les étagères risquerait de compromettre la finition du métal).

1. Découpe du métal et brossage

Je prépare ma 1er session de travail qui va regrouper les étapes 1, 2 et 3.

je trace toutes mes côtes et commence à découper les divers éléments en métal :

4 barres transversales + 4 longueurs pour les étagères du bas et du haut,

14 morceaux de cornières et 6 patines de métal de 40 x 40 mm.

Le choix des cornières ne s’est pas fait au hasard. Le bois faisant 18 mm d’épaisseur et les cornières 2 mm ce qui correspond tout à fait au 20 mm de côté des cornières. Ainsi le bois affleure.

Une des difficulté de ce projet, c’est qu’une fois assemblé, il devient difficile de traiter le métal dans les différents recoins. Aussi, après avoir découpé le métal, j’ai entrepris de le brosser sur toutes les surfaces. Cela m’a permis d’homogénéiser l’aspect des cornières et des barres d’acier, mais également de texturer un peu le métal.

Evidemment, les soudures et leur traitement allaient partiellement altérer ce travail préalable mais il est plus facile de traiter ces petites zones par retouche plutôt que l’ensemble lorsque les soudures sont faites (Inaccessible pour des brosses de gros calibre).

2. La réalisation des patines

Ici, j’ai utilisé la barre de 8 mm d’épaisseur. Faisant 40 mm de large, j’ai découpé des longueur de 41 mm pour réaliser une patine au carré.

J’ai tracé ensuite l’emplacement des montant verticaux et matérialisé l’emplacement du trou à percer (la petite croix).

Un coup de pointaux avant perçage.

Voici maintenant pourquoi 41 mm car il faut systématiquement poncer chaque pièce pour quelle soit parfaitement d’équerre ou ici pour réaliser un petit chanfrein sur mes patines.

 

3. La soudure

Pour toutes les soudures, les pièces ont été calé puis pointé sur différents points de contact avant de tracer les cordons de soudure. Il est très important de pointer pour éviter des déformations trop importantes.

J’ai d’ailleurs eu un petit problème sur la longueur du haut. J’ai en effet fixé deux patines pour attacher l’étagère au mur. Les cordons de soudure ont déformé légèrement le tube sur les 80 cm de longueur. Le bois n’est pas vraiment en contact au milieu de l’étagère. Pour le coup, je ne vois pas trop comment éviter cela (A part souder provisoirement une autre barre de métal sur quelques point avant de la retirer).

Pour la réalisation des patines, le calage à l’équerre est de rigueur.

Il faut être très vigilant à ces étapes.

Quelques petits décalage peuvent engendrer sur l’ensemble de la structure des problèmes d’ajustement ou une mauvaise assise au sol (tiens sur 3 pieds et non les 4).

 

La patine est maintenant soudé, il faudra bien nettoyer tout cela.

Etape délicate, l’assemblage des montants latéraux. Vous noterez ici que la barre est positionné pour affleurer en bas (Passer son doigt s’avère d’une incroyable efficacité pour détecter le moindre décalage).

Les soudures sont faite.

Les cordons sont ensuite limé et je repasse la brosse laiton pour retrouver l’aspect métal brossé.

Place à l’assemblage final, heureusement que j’ai de très grand serre joint. Je met des cales en bois, car ceux ci ne sont pas tout métal.

4. La découpe  et le traitement du bois

Il me faut 9 planches de 836 mm x 17mm, et pour 7 d’entre elles je dois découper les angles sur 21 mm.

Voilà qui me donne l’occasion d’essayer mes outils fraîchement acquis, une scie circulaire plongeante Festool, une ponceuse orbitale et un rénovateur extérieur pour brosser le métal et le bois.

Je dois dire que je suis impressionné par mes 2 produits Festool, c’est clairement du haut de gamme et la qualité est au rendez vous. J’ai découpé ce chêne comme du beurre avec des coupes parfaites qu’on croirait avoir poncé au grain très fin.

 

Ensuite, je brosse le bois avec une brosse laiton dans le sens des fibres. La ponceuse me servant à chanfreiner la face avant des planches et à poncer le dessous.

Chaque planche a été ensuite testé dans son emplacement définitif. Lorsque cela frottait, il y a quelques ajustement à la ponceuse.

5. Le traitement du métal et le vernissage

J’ai ensuite pris soin de manipuler l’ossature métallique qu’avec des gants. J’ai passé l’ensemble à l’acétone pour éliminer toutes les traces.

J’ai ensuite graphité l’ensemble à la cire de ferronnerie.

Enfin, j’ai disposé chaque planche et j’ai protégé le bois.

Maintenant que les angles sont bien protégé, je peux procéder à quelques retouche de graphite avant de passer au vernissage.

C’est une étape pas très évidente car le vernis doit être projeté à une certaine distance pour ne pas couler. Mais ici ce n’est pas évident car les parties métallique à traiter sont étroites. Il faut donc une certaine habitude des vernis et notamment à la bombe pour avoir un geste sur et assez rapide.

4. Le rendu final

Ce projet aura nécessité pas mal d’heure de travail, je dirais environ 10h de bout en bout. Je suis d’autant plus satisfait que le résultat est tout à fait conforme à ce que j’avais modélisé et ce que je souhaitais obtenir. Evidemment, elle s’intègre parfaitement dans son emplacement mais c’est tout à fait normale puisqu’elle a été faite sur mesure :).

Voilà qui est de bon augure pour la suite. J’ai d’autres projets sous le coude, notamment un espace Bibliothèque/bureau.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.