Analyse des rapports de l’OMS sur la propagation du virus COVID-19

Introduction

Nous sommes aujourd’hui le 17 Mars 2020, la France est maintenant confiné et beaucoup de rumeurs circulent à propos du COVID-19. Par esprit scientifique, je préfère une analyse des chiffres ou une vision des chiffres plutôt que des rumeurs.

L’OMS diffuse sur son site jour après jour les chiffres de l’évolution du virus COVID-19 à travers le monde. J’ai donc synthétisé les chiffres pour les analyser. Je vous présente ici, une première analyse

Les chiffres

Le nombre de territoires touchés par l’épidémie touche maintenant le monde entier.

Après l’Asie et la zone Pacifique, l’épidémie s’est propagée en Europe.

Croissance du nombre de territoire infecté par zone

Depuis quelques jours, elle est train de se diffuser en Amérique du sud, en Afrique, dans les Caraïbes.

L’épidémie ayant eu un développement significatif dans la zone Pacifique Occidental, Europe et Méditerranée, on constate un taux de mortalité de 3,16% en moyenne globale mais malheureusement en augmentation semaine après semaine (inertie entre détection et décès).

Dans la zone méditerranéenne, compte tenu du cas de l’Iran notamment, la mortalité est assez importante avec un pic à 3,9%. La zone Europe ne semble pas épargnée avec 3,79% certainement dû à une population plus âgé.

Les zones Caraïbes, Amérique et Afrique n’étant pas encore arrivé à « maturité » de contagion, les chiffres de mortalité ne sont pas encore significatifs.

Total dans le monde

Le nombre total de contaminés est maintenant en croissance exponentiel, la courbe de mortalité restant notablement proche de la courbe de contamination. Vous noterez la croissance linéaire de la mortalité dans un premier temps puis la convergence avec le nombre de contaminés.

Le replat de la courbe sur fin février est du l’endiguement de l’épidémie en chine, l’inflexion exponentiel étant dû à la propagation de l’épidémie en Europe.

Le cas de la Chine, origine de l’épidémie devient donc un cas d’école. On observe cette courbe en S aplati. On observe vers le 13 février un changement de courbe après une forte augmentation (campagne massive de dépistage). Ce changement tendant ensuite vers l’endiguement de l’épidémie est la résultante de la campagne d’isolement commencé début février. Cela montre donc concrètement l’efficacité de la mesure avec un décalage d’environ 14 jours. Vous noterez également que la courbe de mortalité quant à elle s’infléchi 10 jours après la courbe de contamination.

Cela montre le décalage qu’il peut y avoir entre la prise de mesure et la tension qu’il peut y avoir sur les services médicaux pendant environ 25 jours.

J’ai pris pour exemple l’Asie du Sud Est ou quelques cas ont été répertorié en début d’épidémie. On observe une croissance plus notable ces derniers temps. Cet exemple illustre tout de même que ce n’est pas le climat et la chaleur qui empêche l’épidémie de se propager même si l’on peut observer une croissance beaucoup plus étalée dans le temps. L’absence de croissance étant peut-être du au non dépistage des cas.

Il existe un autre cas intéressant, celui du bateau de croisière Diamond Princess ou 3500 personnes se sont retrouvé coincé sur le bateau. Ils ont atteint 705 cas et stoppé l’épidémie avec des mesures de confinement. Néanmoins, hier, 7 nouveaux cas ont été répertoriés après presque 18 jours de non infections. Ceci montre bien que le relâchement du confinement peut rapidement relancer l’épidémie.

Prenons maintenant les cas Européens ou l’épidémie est à ce jour entré dans sa phase de croissance rapide. La courbe est très nettement de type exponentiel avec quelques foyers importants, notamment en europe de l’Ouest.

le plus significatif étant l’Italie. La courbe Française n’étant pas moins pentu, nous sommes aujourd’hui au niveau de l’Italie au 8 mars soit avec prêt de 10 jours de décalage.

Les chiffres du 16 Mars parlent d’eux même et sont éloquent à plus d’un titre. L’Europe est devenu le foyer infectieux de l’épidémie. L’Italie a enregistré 3590 nouveaux cas et 368 décès dans la journée du 16 Mars.

L’Europe de L’Est n’est pas en reste et l’épidémie est en train de croître également.

Conclusion

Il est évidemment difficile de comparer tous ces chiffres entre eux. Chaque territoire n’ayant pas eu la même politique de dépistage. Néanmoins, il est possible de tirer quelques conclusions simples et factuelles :

  1. Le CODIV-19 se propage de façon exponentiel dans une population
  2. Le confinement de la population permet d’enrayer la propagation de l’épidémie. Les effets se font sentir environ 14 jours après l’installation des mesures. Le pic de mortalité quand à lui s’infléchi seulement 25 jours après.
  3. Même si l’épidémie semble se propager moins rapidement, la chaleur n’empêche pas le CONDIV-19 de se répandre.
  4. Le foyer infectieux du moment est clairement l’Europe de l’Ouest. L’Europe de l’Est est en pleine croissance également. L’Amérique centrale et du sud n’est pas en reste et en pleine croissance. L’épidémie devient clairement mondiale.
  5. La mortalité est de 3,19% soit un taux bien supérieur à la grippe saisonnière (~0,1%).
  6. Il ne faut pas relâcher l’attention car l’épidémie pourrait repartir de plus bel (cas du Diamond Princess hier).

Je rappel que ces chiffres sont ceux de l’OMS que vous pouvez consulter sur leur site ici : https://www.who.int/emergencies/diseases/novel-coronavirus-2019/situation-reports .

Il est maintenant grand temps que la population Française prenne conscience de l’importance de cette épidémie et qu’il appartient à tout un chacun de l’enrayer. Sans cela, le bilan n’en sera que plus terrible environ 1 mois plus tard. Il faut noter également que les chiffres pour la France sont donc maintenant largement sous estimé, puisqu’il ne s’agit ici que des cas dépistés. Or, nous savons tous maintenant que seul les cas grave le sont. Donc pour un cas dépisté aujourd’hui, il y en a surement plusieurs à une dizaine de non dépistés.

Nous connaissons en ce moment une situation inédite, l’humanité devra en tirer des conclusions et des enseignements. Il y aura évidemment un après CODIV-19 qui ne manquera pas d’avoir marqué les esprits. Soyez prudent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.