Pourquoi modifier la Prusa i3 mk3(s) ?

Il est vrai qu’on est droit de se poser la question tellement cette imprimante est fiable, increvable et a des capacités d’impressions que des imprimantes pro peuvent envier.

Mais, quand on a choisi une prusa, c’est aussi et surtout pour son côté légo qui apporte bien des avantages. Et oui, on apprend à connaitre l’anatomie de son imprimante dans les moindre détail, on peut tout remplacer soit même et on peut même y apporter des modifications pour l’enrichir et la faire évoluer.

Quand on y songe, on en viendrait presque à rêver que biens d’autres choses soient faites ainsi (voitures, outils, …)

L’évolutivité

Et oui, cette imprimante est évolutive en ce sens ou de nombreuses parties sont imprimés. D’ailleurs, Prusa a une politique open source (vous pouvez vous même proposer des mises à jours, des évolutions, des modifications), tous les plans sont accessibles. Quand Prusa propose une évolution, il est généralement possible de faire évoluer également les anciennes versions vers cette évolution.

Les makers qui ont choisi une Prusa sont donc attaché à son caractère évolutif. Voilà un argument qui nous pousse à vouloir faire évoluer son chassie.

Limitations avec le chassie d’origine

Vous aurez noté tout de même que le châssis rigide de la Prusa propose peu d’espaces pour y loger des améliorations. Il y a tout juste quelques trous taraudés sur l’axe Z permettant par exemple d’y loger un raspberry.

Le support de filament, tiens certes, mais il est tout juste clipsé en force sur le cadre qui offre peu d’accroches. Je n’y mettrai pas des bobines très lourdes.

C’est donc pour moi, l’argument le plus important de cette amélioration. Nous verrons qu’il offre des perspectives non négligeables notamment sur l’axe Z.

Améliorer la rigidité

Dans l’ensemble cette imprimante est assez rigide. Le chassie de la mk3 est meilleur en ce sens que les précédentes versions. Rien de la structure d’ensemble ne repose sur des prints en plastique, c’est plutôt une bonne chose.

Sur l’axe Z le chassie est un bloc d’une certaine épaisseur, néanmoins sur la distance avec le plateau, il peut être soumis à des vibrations qui peuvent altérer la qualité d’impression ou devrais je dire qui limite les possibilités de l’imprimante. En effet, prusa a très bien calibré l’ensemble pour que la qualité ne soit pas impacté. Néanmoins, si l’on souhaite par exemple aller plus vite, les vibrations vont avoir des conséquences.

Un chassie plus épais permettrez donc une meilleure rigidité. Ce n’est pas l’argument le plus fondamental car il faut aller vouloir la pousser dans des retranchements. Mais cela ouvre des perspectives encore une fois.

Agrandir l’axe Z

Certes, la Prusa offre déjà un espace d’impression honorable 25 x 21 x 21 cm. Mais comme pour tout le monde, ce sont les durées d’impression que l’on aimerait bien voir plus courtes.

Il est possible pour cela de changer de buses et de mettre des buses de 0.6 au lieu de la 0.4 standard.

Autre argument, je suis plutôt un « maker bricoleur » qu’un « maker artistique » qui collectionne des figurines en tout genre. Et lorsque l’on réalise des prints pour le bricolage, on cherche souvent la rigidité, la solidité. Or, imprimer plus épais, améliore considérable la solidité des prints.

L’excellent hotend E3D v6 qui équipe la Prusa i3 mk3 ne peut pas non plus faire des miracles : On ne peut pas fondre un filament à 250°C et fournir des quantités de plastique fondu énorme avec rapidité en ayant une buse et un corps de chauffe d’a peine 12 mm de haut.

Il existe une solution à cela. Le Hotend Volcano qui permet d’avoir un corps de chauffe et des buses bien plus grande. On peut alors imprimer rapidement avec des buses allant jusqu’à 1,2 mm.

Oui mais voilà, cela a un prix, on perd de la capacité d’impression sur l’axe Z.

Pouvoir agrandir l’axe Z peut être intéressant juste pour pouvoir imprimer de plus grand objets (Il existe d’ailleurs des kits zaribo qui augmente beaucoup l’axe Z, jusqu’à 42 cm!), mais nous avons vu que c’est intéressant indirectement pour augmenter la rapidité des prints ou les faire plus solides.

Bilan

Cette évolution ouvre donc des perspectives d’améliorations et d’enrichissement de la Prusa i3. Cela ouvre des perspectives d’optimisations de vitesses tout en perdant pas en qualité d’impression bien au contraire.

l’amélioration de l’ours >>

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.